• bilan du congrès punk

    le bilan du premier congrès international punk " PUNK!2004" est là!

    si vous avez des infos faites m'en part! et je publierais vos fotos si vous en avez!

    "Punk is not dead" proclament les tee-shirts. En congrès jeudi à Kassel, dans le centre de l'Allemagne, plusieurs centaines de vétérans du mouvement punk affichent pourtant une allure assagie, loin des crêtes d'iroquois et des blousons perfecto des années 70.

    Au programme de ce premier "congrès international" du mouvement punk, pendant trois jours: concerts, projection de films d'émeutes urbaines, exposition sur les punks vus par la presse, tables rondes sur le punk slovène, etc.

    Dans l'assemblée venue faire le point sur l'influence politique et culturelle du mouvement aujourd'hui, très peu de crêtes ou de perfectos donc, mais une grande majorité de quadragénaires, aux costumes impeccables, qui échangent leurs souvenirs de l'âge d'or du punk, à la charnière des années 1970-1980.

    Vie en communauté, contestation de la société de consommation et des pouvoirs établis: Thomas Heinemann, 43 ans, se souvient "d'avoir été complètement anti-social".

    Difficile de croire cet homme au crâne lisse et aux petites lunettes rondes, qui travaille aujourd'hui dans une agence de publicité, quand il raconte comment il a fait la manche pendant quatre ans dans les années 1980 et "porté toute la panoplie, épingles à nourrices et chaînes sur le perfecto comprises".

    Puisant leurs valeurs dans l'anarchisme, les membres du mouvement punk --qui a vu le jour dans les années 1960 à New York autour de la vague du Pop Art et dans les régions industrielles en Grande-Bretagne sous l'impulsion de la Beat Music-- affichaient divers signes extérieurs de provocation par dérision pour l'ordre social.

    En Allemagne de l'est, malgré des points communs, les risques et l'enjeu du mouvement étaient totalement différents, rappelle quant à lui Michael Pankow Boehlke.

    Contrôles d'identité à répétition, fermetures de clubs pour des raisons sanitaires et pour les groupes de rock les plus célèbres, filatures de la Stasi, la police politique de l'ancienne RDA: "on risquait d'aller au trou tous les jours", raconte cet ancien membre du groupe "Planlos" ("sans projet").

    Sans oublier les difficultés matérielles pour ajuster sa coiffure: faute de gel, il a dû souvent utiliser des expédients comme de la colle à papier.

    Malgré les difficultés, une fierté demeure: celle d'avoir participé à "l'émergence d'une société civile" et contribué à l'ébranlement général du système socialiste, par le simple geste de faire passer des cassettes sous le manteau.

    Et aujourd'hui, que reste-t-il du punk, à l'heure où les figures mythiques du mouvement disparaissent toutes les unes après les autres, comme Johnny Ramones, le dernier survivant du groupe The Ramones, mort d'un cancer la semaine dernière?

    "Pas grand chose", juge Michael, qui regrette notamment que le rock identitaire d'extrême droite remplace aujourd'hui dans les coeurs des jeunes de l'est de l'Allemagne les groupes punks anarchistes.

    "Finalement tout ça n'a pas servi à grand chose: même Johnny Rotten des Sex Pistols participe à des émissions de télé-réalité pour gagner sa croûte", regrette Thomas, qui trouve que "comme tout le monde, les punks ont rarement bien vieilli".

    Quoi qu'il en soit, Thomas s'est promis d'aller voir vendredi soir dans le cadre du congrès le concert des Buzzcocks, un des derniers groupes fondateurs du punk qui poursuive encore sa carrière.

    L'occasion de vérifier que le temps passe très vite, même pour les punks: sur la photo officielle du groupe, le chanteur ressemble étrangement à l'acteur français Gérard Jugnot, connu pour ses rôles de M. Tout-le-monde.

    dixit http://actu.voila.fr/Article/article_culture_040924150234.s8ov9vd0.html

    j'ai trouvé peu d'infos sur ce congrès, mais je cherche, et si je trouve je publis


  • Commentaires

    1
    Baba
    Lundi 27 Septembre 2004 à 21:15
    Ton avis
    Tu en penses quoi, toi? Moi, sérieux, je trouve que rien que les termes "congrès punk", ça sonne assez mal...
    2
    AriEL
    Jeudi 30 Septembre 2004 à 11:39
    idem
    c'est cke j'allais dire, jtrouve ça trop ridicule de faire un "congrès punk", ça fait limite pitié, ça fait trop on s'emmerde alors on sretroove kom une réunion tuperware
    3
    Baba
    Jeudi 30 Septembre 2004 à 11:48
    Yep
    Exactement...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :